Liens utiles
Connexion / Inscription
Le forum est actuellement en phase de beta fermée. Vous pouvez consulter les sujets publics, mais ne pouvez pas vous inscrire.
Premiers pas sur le forum Cérémonie de la répartition Arsène Jones

Publié par Arsène Jones le 18/06/2022 à 22:14:59

Ce message fait l'objet d'un avertissement de contenu.
Nature du TW : Violence, drogues, viol, pédophilie

REPARTITION

 

 

Identité du Joueur

 

► Âge du joueur : 26 ans

► Avez-vous des problèmes orthographiques ? : Nope

► Avez-vous déjà fait du RPG ? : Oui

 

Description du personnage

 

► Reprenez-vous votre ancien personnage ? : Non ? Enfin c'est mon DC quoi.

 

► Nom du personnage : Arsène Jones

► Âge du personnage : 17 ans

► Nationalité du personnage : Américaine

► Statut du sang : Inconnu

► Statut Spécial : Métamorphomage (acquis)

► Vos formations : Transplanage

 

► Caractère du personnage (450 caractères minimum) : 

 

Le moins que l'on puise dire c'est que t'es pas quelqu'un de facile d'accès. T'as tendance à rembarrer les gens qu'ils viennent te parler, et encore, ça, c'est quand tu daignes leur répondre. Des fois, y'a juste un regard méprisant qui passe, et tu te tires pour vaquer à tes occupations comme bon te semble. Donc voilà, t'aimes pas les gens.

T'aimes pas non plus l'autorité, de près ou de loin. Toi, t'as tendance à provoquer, à tester les limites, et tu les dépasses sans la moindre gêne juste pour voir ce que ça fait. Ouais, tu pousses les gens à bout, et c'est ça qui t'amuse, ça te fait marrer. Peut-être que c'est juste un masque. Ou peut-être que c'est vrai. Dans tous les cas, quand t'as décidé d'être une vraie tête à claques faut une sacrée patience pour te supporter.

T'es un peu violent et agressif aussi. Parce que si t'adores emmerder le monde, tu détestes qu'on retourne ça contre toi. Et niveau contrôle de la colère t'es à ras des pâquerettes. Tu préfères taper avec les poings, plutôt qu'avec la magie. Parce que c'est ce qui te fait du bien, de taper. Sur quelqu'un, sur quelque chose. T'as juste besoin de détruire un truc quand t'es énervé. Et de préférence un truc beau.

Sinon t'es pas trop mauvais en cours. Enfin, dans certains cours. Ceux qui t'intéressent quoi. Quand t'y vas. C'est d'ailleurs étonnant que t'arrives encore à faire fonctionner ton cerveau alors que tu prends tout ce que tu trouves pour le ralentir et l'empêcher de trop penser. Parce qu'en fait, c'est ça ton gros problème. Tu réfléchis tellement que ça t'empêche de faire quoi que ce soit. Et quand t'agis sans réfléchir, c'est que la colère a pris le dessus. Bref, c'est un merdier dans ta tête, et l'alcool, les potions ou la drogue n'aident pas à y mettre de l'ordre.

T'as quand même un côté protecteur, envers les gens qui comptent pour toi. Problème ? Pas grand monde ne compte pour toi. Du coup, c'est pas facile de montrer ça. Et de toute façon, si tu t'en rendais compte, tu prendrais sûrement ça comme une faiblesse. T'éloignes les gens pour éviter de souffrir. Parce qu'apprécier quelqu'un, c'est accepter la possibilité d'être trahi. Et donc d'être blessé par cette personne. Et ça, t'as pas envie.

 

► Description physique du personnage (450 caractères minimum) : 

 

T'es un mec plutôt banal. Des cheveux bruns bouclés, des yeux sombres, une taille moyenne pour ton âge... T'es plutôt sec, mais ça t'empêche pas de taper fort. T'as pas mal de cicatrices sur tout le corps, dont une sur chaque poignet qu'on ne peut pas vraiment louper.

T'as pas de tatouage, t'estimes que t'as déjà suffisamment de marques sur le corps comme ça, pas besoin d'en rajouter. Si un jour t'en fais un, ce sera pour cacher toutes tes cicatrices. Faut dire que C'est chiant d'avoir des gens qui se sentent obligés de te demander ce qu'il t'est arrivé à chaque fois qu'il voit une parcelle de ton corps.

Ah, et t'es métamorphomage aussi. C'est pas rare de voir tes cheveux ou tes yeux changer de couleur sans vraiment demander ton avis. C'est encore pire quand tu prends des trucs pour éviter de trop penser. Un vrai kaléidoscope

Niveau fringues, tu te contentes de jeans larges, de t-shirt qui le sont tout autant, et d'une éternelle veste à capuche bleu marine qui ne te quitte quasiment jamais.

 

Histoire du personnage

 

► Histoire (600 caractères minimum) : TW violence, drogues, viol, pédophilie

 

Ton histoire commence on ne sait pas vraiment où, et on ne sait pas vraiment quel jour exactement. Ta date de naissance a été donnée approximativement par l'orphelinat sorcier de Louisiane qui t'a trouvé devant sa porte. Apparemment t'avais à peine quelques heures, de vie derrière toi en ce matin du 14 mai 1987. Rien pour identifier tes parents, simplement un prénom sur un vieux bout de parchemin qui pousse à croire que t'as des origines françaises : Arsène. C'est donc le prénom qui t'a été donné. Et malgré quelques recherches de la part de l'Orphelinat Sorcier de la Nouvelle-Orléans, rien de plus concernant tes parents biologiques. Un nom de famille générique a été ajouté, et te voici nommé Arsène Jones.

Les années à l'orphelinat n'ont pas été les plus sympas du monde. Il faut dire que les éducateurs n'étaient pas vraiment là pour vous distribuer l'amour ou l'affection dont vous avez besoin. Ils voulaient juste que vous vous teniez tranquilles, et de préférence sans faire trop de bruit. Y'avait même des petits concours organisés de temps en temps, pour savoir lequel des gamins était le meilleur avec ses poings. T'as participé. Souvent. Parce que même si t'étais pas dans les plus grands, ni dans ceux qui parlaient le plus fort, t'étais de ceux qui savaient faire mal. Qui encaissaient en silence, pour ensuite frapper au point faible de l'autre.

Autant dire que t'étais pas apprécié de tes petits camarades, t'étais trop dangereux, trop imprévisible. C'est comme si la culpabilité n'existait pas chez toi, comme si tu te contentais d'exister, et de faire ce qu'on te demandait sans rien ressentir. Un gamin sans émotion, c'est ce que tu étais aux yeux de tous. Et pourtant, il y en avait des émotions en toi. Tout un tas, tellement que tu ne savais plus quoi en faire. Alors tu les enfouissais tout au fond, pour ne jamais les ressortir.

A onze ans, t'as reçu ta lettre pour Ilvermorny. Pour la première fois de ta vie, t'as ressenti autre chose que de la peur ou de la colère. Parce que cette lettre, c'était comme un espoir, que ta vie ne pourrait que s'arranger. T'allais enfin pouvoir quitter cet orphelinat de malheur pour apprendre à maîtriser tes pouvoirs, ça t'éviterait sûrement d'exploser les vitres du dortoir à chaque fois qu'un type te prend la tête. Même si c'est vite réparé par les éducateurs, la punition n'est jamais agréable.

A Ilvermorny, t'es envoyé chez les Oiseaux-Tonnerre. Comme la plume qui fait ta baguette. Il faut croire que c'est quelque chose qui te correspond vraiment, même si tu ne sais pas exactement pourquoi. Là-bas, t'apprends à contrôler ta magie, à défaut de te contrôler toi. Mais ta baguette en fait parfois qu'à sa tête. Et t'es toujours pas foutu de te faire des amis. Faut dire que les autres élèves sont trop... Inconscients, irresponsables, naïfs. Ils ne savent pas ce que c'est la vraie vie. Ils ne savent pas quel genre de conséquence le moindre petit acte peut avoir. Alors tu leurs montres. Qu'un mot de travers, et ça finit mal pour eux. Une fois de plus, c'est la guerre entre toi et les autres. Pas de camarades, que des ennemis à abattre.

L'été, t'es sensé retourner à l'orphelinat. Le truc, c'est que ton départ à Ilvermorny a réveillé un genre de manque chez un des éducs. Il a décidé de bien te le faire savoir quand tu reviens. Mais à tes quatorze ans t'as décidé que c'était fini pour toi de vivre là-bas. T'étais plus chez toi dans la rue que chez eux. A te débrouiller tout seul, à défendre tes maigres possessions comme tu le pouvais, plutôt que de subir, encore et toujours cette loi malsaine qui régnait là-bas. Au cours de ta sixième année à Ilvermorny, une bagarre de trop a fini par avoir raison de toi. Ils t'ont expulsé. T'as disparu dans les rues, mais t'as fini par te faire récupérer par des membres du MACUSA.

Faut dire que t'étais en train de développer un nouveau pouvoir, complètement incontrôlable, qui suit tes émotions les plus fortes sans te demander ton avis. Ouais, t'es métamorphomage. Et ça, ça détruit une vie. Ils savent bien que tu ne le contrôles pas. Et que t'es pas apte à vivre dans le monde, magique comme non-magique. T'as une magie que tu ne contrôles pas complètement, un don qui prend le dessus sur ta volonté. Deux choix se sont offerts à toi : recommencer ailleurs, à Poudlard, et finir tes études pour enfin apprendre à gérer comme il se doit ta magie et ton don. Ou avoir ta baguette brisée devant tes yeux et vivre à tout jamais parmi des sorciers sans avoir d'autre pouvoir que celui de changer la couleur de tes cheveux. Le choix a vite été pris. Direction Poudlard pour ta nouvelle vie. Mais t'y mets pas franchement de la bonne volonté. T'as plutôt l'intention de disparaître à la première occasion. Et cette fois-ci, plus personne ne te retrouvera.

Une fois en Ecosse, tu te retrouves dans un nouvel orphelinat, sous la tutelle d'un autre éducateur. Ils ont l'air plus sympas ici que chez toi, mais tu t'en fous un peu. Tu débarques donc à Poudlard à la fin du mois de mars de ta sixième année. Te voilà comme le petit nouveau tout droit venu des Etats-Unis avec des cheveux bariolés. Et t'as toujours pas l'intention de parler à quiconque. Pourtant des liens se sont créés, avant que tout n'explose à ta majorité. Ton dossier a été revu, sous prétexte que tu séchais un peu trop les cours, que tu ne suivais pas les termes de ta probation. Ta baguette a été confisquée plusieurs semaines avant qu'une nouvelle audience ne prenne place pour que tu la récupères sous certaines conditions. Finir tes études en obtenant tes ASPICs, gérer ta métamorphomagie un peu plus correctement, avoir un garant à Poudlard, un suivi psychologique, aucun accès de violence. Alors t'es de retour à Poudlard pour la fin de ta sixième année. Yeaaaah.

 

► Description de votre famille (300 caractères minimum) : 

 

T'es orphelin. Du coup, t'as pas de famille, c'est un peu la définition même du truc. On pourrait parler pendant trois plombes de ce que ça fait, de grandir sans parents, sans amour, sans cadre stable, mais franchement, qu'est-ce que ça pourrait bien faire ? T'es pas là pour faire pleurer dans les chaumières. Alors on va dire que le type qui te sert de garant est ce qu'il se rapproche le plus d'une famille. Lev Lyovitch, félicitations à lui, et surtout bon courage. Pas sûr qu'il te remette vraiment sur le droit chemin, mais il a quand même un certain don lorsqu'il s'agit de te faire obéir. Du style il te propose de l'argent et d'un coup, pouf, ça devient plus facile à accepter. Si tu voulais faire dans le larmoyant, tu pourrais dire que tes potes sont ta famille. Mais tu fais pas dans le larmoyant. Et des potes, t'en as pas des masses.


Merci Elias pour le kit - LA mutuel Club des Dark


Publié par Elias Baxter le 19/06/2022 à 13:52:48

Ce message fait l'objet d'un avertissement de contenu.
Nature du TW :

Bonjour Arsène,

 

Bienvenue ici ! Je peux d'ores et déjà valider ta répartition : profite bien de la plateforme, et surtout bons RP.

 

Bonne journée,

Elias


 

 

 LA mutuel du club des dark