Liens utiles
Connexion / Inscription
Le forum est actuellement en phase de beta fermée. Vous pouvez consulter les sujets publics, mais ne pouvez pas vous inscrire.
Premiers pas sur le forum Cérémonie de la répartition Sariel Fawkes

Publié par Sariel Fawkes le 20/06/2022 à 16:00:44

Ce message fait l'objet d'un avertissement de contenu.
Nature du TW :

Identité du Joueur

 

► Âge du joueur : 27 ans.

► Avez-vous des problèmes orthographiques ? : A priori, non.

► Avez-vous déjà fait du RPG ? : Peut-être, j'ai oublié.

 

Description du personnage

 

► Reprenez-vous votre ancien personnage (compte principal, double-compte ou personnage poudlard) ? : Oui.

► Si oui, lequel : Sariel Fawkes.

Afin de ne pas se perdre, merci de mettre [Déjà Acquis] à côté des éléments (animaux, maisons, postes, statuts, formations…) qui étaient propres à votre ancien personnage. 

 

► Nom du personnage : Sariel Fawkes.

► Âge du personnage : 44 ans.

► Nationalité du personnage : Germano-écossaise.

► Statut du sang : Pur

► Statut Spécial : /

► Vos formations : Permis de Transplanage.  

 

► Caractère du personnage (450 caractères minimum) : 

 

Sariel n’a jamais pu se targuer d’être facilement vivable. Dans ses manières, pourtant, persiste toujours la trace de mondanités d’un autre âge. Peut-être pour masquer au mieux son mépris du genre humain. Sariel assume, mais sait que la société voit volontairement comme perdants les caractères les plus retors. Alors il prend goût au travestissement émotionnel, en bonne parodie psychique. Il déteste tout, quasiment tout le monde, mais fait semblant de n’en avoir cure, apprécie volontiers le carnaval macabre qu’est l’Humanité.

Pourtant, en lui réside la peur. La peur incontrôlable d’être humain. En proie aux émotions, aux sentiments, à la mort même. Le tout bien déguisé en amas de chair à l’instant t, pour finir en poussière le moment d’après. Il l’a compris, bien vite, trop vite même. Rien n’est éternel, après la bataille de l’existence. A part le fameux repos d’après-guerre, où il n’y a pourtant plus rien.

 Il ne sait s’il doit combattre, ou laisser couler. Au fond, c’est un animal philosophique, un animal qui sait qu’il va mourir, un animal qui se bat pour survivre dans un monde en perte total de signifiant. Mais l’absurdité des choses le rend aigre ; sa crainte se manifeste en cynisme ; son mépris en chaos total.

Contradictoire jusqu’au bout des ongles, il reconnaît pourtant savoir y faire. Les mots sont son terrain de jeu, l’anatomie des chairs en putréfaction son expiation. Vouloir contrôler la mort, c’est un peu désirer la vie avant tout. Et être enfin vivant, une ambition qui l’anime, dont il craint la cohabitation.

 

► Description physique du personnage (450 caractères minimum) : 

 

Taille moyenne, corpulence moyenne. Sariel a compris qu’en prenant soin de lui, il échapperait à la solitude physiologique du temps qui passe, inlassablement. On lui donne parfois plus que son âge, sans pour autant savoir vraiment le calculer ; il a, sur ses traits, les marques d’une existence passée, d’une expérience certaine. Sa femme lui trouve toujours un certain charme sombre, impénétrable, à quarante ans passés. Il sait que ce n’est qu’une facette ; derrière l’ombre de ses yeux, les eaux sombres croupissent, les os s’effritent, les muscles se déchirent, la mécanique infernale expire en branle-bas général.

 Ses goûts vestimentaires sûrs, sa démarche ferme, parfois fauve, retenue au point de la réticence, témoignent d’une pudeur léguée de père en fils. Sobriété et décontraction cordiale en toutes circonstances demeurent des mantras bien allègres, à abuser en société. Pourtant, les veinules parfois apparentent sur son faciès, ses attaques de nerfs ne trompent pas les plus perspicaces : sous la carapace distinguée se cache un corps en proie à sa propre perdition.

 

Histoire du personnage

 

► Histoire (600 caractères minimum) : 

 

Sariel voit le jour à Hanovre, en Basse-Saxe, un matin brumeux. Dès son plus jeune âge, il témoigne de troubles du comportement qui, au départ, n’inquiètent que trop peu ses parents. Tradition familiale austère oblige, communication et tolérance ne s’inscrivent pas en principal moteur des Fawkes. « Réussir, prendre sur soi et se taire », telle devait en être la devise officieuse.

Son père, Hieronymus, fier importateur de matières premières à l’usage des beaux-arts de la potion, le considère rapidement comme lâche et malhabile. Sa mère, Carys, érudite en Histoire de la Magie et ne faisant plus grand-chose de ses mornes journées germaniques, voit en lui un prodige incompris. Fervent amateur de lectures en tous genres, Sariel passe volontiers sa vie dans les rayonnages de la grande bibliothèque multigénérationnelle, héritée de ses ancêtres aux regard sinistres et aux toux, il en demeure certain, particulièrement caverneuses. S’il ne comprend pas tout, il en demeure certain : il y a beaucoup trop de choses à savoir dans ce monde pour se laisser convaincre d’une réalité lisse, sans aspérités, comme une tapisserie mal posée sur une surface granuleuse. Si ses frères et sœurs s’adonnent volontiers aux joies de l’enfance, l’aîné de la fratrie, lui, absorbe plus d’une vie pour sa petite existence malingre.

 A ses dix ans, juste avant sa première rentrée à Poudlard, son grand-père décède. Décrépi à l’extrême les dernières années de sa vie, son départ choque le petit Sariel, qui ne savait pas que la mort existait vraiment. Le candide, au fil de ses lectures, a omis ce léger détail pourtant crucial et s’est persuadé qu’il ne s’agissait que d’une figure de style audacieuse.

Ne trouvant plus de raisons de rester en Allemagne, suite au décès du patriarche édenté, la famille Fawkes, excepté le père, qui n’y restera jamais plus d’une semaine de suite, déménage à Tongue, en Ecosse, au beau milieu de landes désertes et austères.  Après un été paisible passé à recueillir des animaux morts ou quasi morts, à les observer de près et à en faire des croquis post-mortem détaillés, Sariel fait enfin sa grande rentrée à Poudlard. Après les premières années à s’exercer en tant qu’apprenti sorcier, il s’y découvre rapidement quelques (plus ou moins) nouvelles passions, entre autres la Médicomagie, la Botanique et l’art des Potions, ainsi que l’Histoire de la Magie. Si les Soins aux Créatures Magiques l’interpellent, il réalise qu’il préfère amplement les animaux décédés, puisqu’ils ont apparemment bien plus à lui apprendre que lorsqu’ils marchent, volent, crient ou défèquent. Ni populaire ni victime, Sariel se révèle être un très bon élève, quoique trop renfermé. Sans se laisser marcher sur les pieds, il préfère passer son temps à la bibliothèque, en salle d’études ou à espionner les filles, le printemps venu. C’est là qu’il rencontre Irene, fidèle opposée à personnalité, qui deviendra sa muse et, aléatoirement, sa pire ennemie. Pour la faire courte : ils se marieront dès leur sortie commune de Poudlard, diplômés, amoureux, et complètement idiots. L’histoire d’une vie.

 

► Description de votre famille (300 caractères minimum) : 

 

La famille Fawkes tient pour racines ancestrales l’Allemagne et l’Autriche. Balthazar Fawkes, l’arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père de Hieronymus Fawkes, après avoir été marchand de plantes et onguents de créatures magiques destinés à la production de potionistes et alchimistes germaniques, a décidé de fonder sa propre entreprise un 23 juin, avec, bien entendu, l’accord de sa chère et tendre, Kriemhild. Depuis, chaque aîné des différentes fratries et générations suivantes s’est vu chargé de la dure mission de faire fructifier l’entreprise familiale, sans grande motivation pourtant du côté de Sariel, qui a fui ses responsabilités dès sa sortie de Poudlard. Hieronymus en a ainsi profité pour le mépriser d’autant plus, mettant son refus de coopérer à la Grande Tradition familiale comme symbole de sa lâcheté. C’est Parsifal, cadet de Sariel, qui a repris les rennes de la société Fawkes à sa sortie de l’Académie des sorciers.  

Sans vraiment s’intéresser véritablement à sa famille, l’aîné des Fawkes a gardé contact avec sa mère et sa plus jeune sœur, Siwan, herboriste près de Tongue et de leur demeure familiale en Ecosse. De sa relation avec Irene naîtront deux fabuleux enfants que Sariel a, au plus profond de lui, parfaitement en horreur : Abel, son fils déjà scolarisé à Poudlard, vif, enthousiaste et profondément anxiogène, ayant déjà failli mourir trois fois avant de pouvoir marcher seul ; et Cain, sa fille, aussi sombre que son père, mais ayant hérité de la chevelure claire de sa mère, et qu’il ne tient pas à connaître plus que cela, soit dit en passant.

 

Ancien personnage

 

Si vous reprenez votre ancien personnage, merci de remplir ces autres informations pour votre répartition. 

 

► Quelle était votre Maison d’origine : Serpentard.

► Son ancien parcours professionnel : Parti trop tôt.

► Ses anciennes formations : Permis de Transplanage.

► Aviez-vous obtenu un statut spécial ? Si oui, lequel : Non.

 

► Liste des propriétés : Allée des Embrunes, The Fall of the House of Fawkes, {Maison de ville}. [Déjà acquis]

► Liste des objets : /

► Liste des animaux : Caym, un siamois & Byleth, un chartreux ; Murmur, un corbeau. [Déjà acquis] 


Like your father in hell...What you've sold you cannot unsell.

Lïnwe

 


Publié par Elias Baxter le 20/06/2022 à 19:37:49

Ce message fait l'objet d'un avertissement de contenu.
Nature du TW :

Bonsoir Sariel,

 

Comme tu peux le voir, c'est moi qui m'occupe de ta répartition : celle-ci étant parfaitement en ordre, j'ai le plaisir de la valider !

 

Bon jeu sur la plateforme,

Elias


 

 

 LA mutuel du club des dark